Connexion

En libre accès

Feu par friction - Partie 1

Sélectionner les bons matériaux

 

Pour qui a un peu d’expérience dans l’art du feu par friction, une chose est claire : avec des matériaux mal préparés ou inadaptés, même le plus grand maître des techniques de friction ne peut souvent pas obtenir bien plus que de la fumée. Même s'il arrive à obtenir un peu de charbon, celui-ci ne peut se transformer en braise qu'au prix d’efforts extrêmement longs et fatigants.

 

Apprendre à choisir et préparer les matériaux que l’on va utiliser pour créer une braise, et l’accueillir avant de l’embraser, est donc aussi important que maîtriser la technique qui permet de lier vitesse de rotation et pression (le mélange de ces deux forces étant ici appelé friction).

 

Pour cela, nous allons aborder les spécificités des différents matériaux (souvent végétaux) qui sont susceptibles de nous fournir des planchettes, drilles, nids, paumelles, etc. Et nous verrons également les variations subtiles qui permettent de préparer les matériaux les mieux adaptés à la technique de friction choisie.

 

(Les noms anglais des techniques de friction étant plus brefs, c’est ceux-là que j’utiliserai : « bow-drill » correspondant à feu par friction avec archet, et « hand-drill » à feu par friction sans archet, à la main.)

 

Tilia, Rubus, Conyza, Populus, Salix, Hedera, ronce, vergerette, Canada, saule, peuplier, tilleul, lierre, ronce, feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,  lierre, Hedera, tilleul, Tilia, feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Avant de commencer : une histoire amérindienne sur la naissance du feu

Dans de nombreuses mythologies amérindiennes, la naissance d’un enfant était souvent comparée à la naissance d’un feu. La planchette était considérée comme l’entité femelle, accueillant la drille et protégeant le charbon naissant. La fusion entre drille et planchette donnait naissance à l’enfant, la braise. Enfin, pour aider l’enfant à devenir adulte, il était placé dans un berceau de matériaux doux (le nid, symbolisant la Création qui accueille les enfants humains) et facilement inflammables ; on soufflait ensuite sur ce nid pour inciter ce nouveau-né à s’exprimer et l’aider à devenir adulte (pour une braise, cela veut dire produire des flammes et de la chaleur).

 

feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Les planchettes d’abord

La planchette (fire-board en anglais) est l’une des pièces maîtresses de l’art du feu par friction. Sa densité, son épaisseur, sa largeur, sa longueur et son état vital (bois vert, bois mouillé, bois bien sec, bois moisi) ont chacun leur importance. Mis à part l’état du bois (qui doit être bien sec), ces autres caractéristiques pourront varier en fonction de la technique de friction utilisée, des préférences et expériences individuelles, du climat, etc.

 

D’une manière générale, il semble que la technique permettant la plus grande polyvalence vis-à-vis du climat soit celle du bow-drill.

(Je le dis avec beaucoup de peine car je préfère de loin le hand-drill…). Pour cette dernière, on préfèrera une planchette épaisse d’au moins 3,5 cm. Sa largeur dépendra de la largeur du foret utilisé : en effet, la largeur d’une planchette doit toujours être au moins deux fois supérieure au diamètre de la drille. Quant à sa longueur, elle doit être suffisamment grande pour permettre à l’artiste du feu de la maintenir par terre en posant confortablement un pied dessus (sous le niveau des doigts de pied ou au besoin, pouvoir se servir des doigts de pied pour la maintenir en place). Pour commencer, un bon point de repère est 20-25 cm de long.

 

Il est important de veiller à aplanir la planchette des deux côtés pour pouvoir la maintenir à plat sur le sol sans difficulté : le plus facile est donc de couper en deux une branche du bon diamètre avec son couteau de façon à obtenir directement deux planchettes présentant chacune une face parfaitement plate. Pour ce faire, tenir son couteau comme une hachette et taper dessus avec un bout de bois pour lui faire pénétrer le bois en prenant garde de toujours garder le même angle de pénétration, sinon la planchette ne sera pas aussi épaisse à un bout qu’à l’autre. On aplanira les deux faces restantes sans difficulté au couteau.

 

feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Lorsque l’on utilise la planchette pour créer une braise, il faut veiller à maintenir cette dernière bien plate, et à maintenir le foret bien droit (à un angle de 90°) par rapport à elle. Enfin, il peut être utile de (rectification : si vous voulez vous éviter bien des crises de rage) placer sous l’encoche une feuille morte, fraîche ou morte (pas mouillée évidemment… vous aviez deviné j’espère), qui servira de réceptacle pour votre braise et vous permettra de la déplacer plus facilement pour la poser dans son nid. Certains creusent un petit trou pour placer leur nid directement sous l’encoche : comme le commerce local, ça évite les intermédiaires, c’est sûr.

 

feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Gare aux forets (= drilles)

La drille est l’autre pièce centrale d’un appareil à feu par friction. Les meilleures sont parfaitement droites, faites en matériaux relativement tendres, et de diamètres et longueurs variables :

-          pour la technique du bow-drill, on préfèrera une drille longue de 25 cm environ, et d’un diamètre de 2 à 4 cm ;

-       pour la technique du hand-drill, le foret devra être sensiblement plus long, aux alentours de 80 cm ou plus (en tendant le bras, on peut utiliser comme mesure approximative la distance entre l’aisselle et le bouts des doigts du bras directeur), et son diamètre devra être plus réduit (selon les caractéristiques individuelles et le matériau choisi, de 0,5 à 1 cm de diamètre).

 

On conseille généralement d’apprendre le bow-drill avant le hand-drill : dans mon expérience, c’est un bon conseil. Et s’il est possible d’arriver à obtenir une braise avec un foret légèrement tordu lorsque l’on utilise un archet, c’est excessivement difficile lorsque l’on travaille le hand-drill. Epargnez-vous donc des ampoules et souffrances inutiles : choisissez bien vos forets !

 

Pour le bow-drill, des bois comme le saule (Salix spp.) ou le tilleul (Tilia spp.) pourront fournir de bons forets, l’idéal étant de trouver une branche morte qui ne s’est pas encore cassée (qui n’a pas été en contact avec le sol), dont l’extrémité est suffisamment droite pour vous fournir un foret, et dont la base est suffisamment large et épaisse pour vous fournir une planchette. Selon les écoles, on conseille souvent de tailler les bouts du foret en pointes : j’ai testé d’en tailler un seul, de tailler les deux ou de ne pas tailler du tout les bouts de mes forets, tout peut fonctionner.

 

Pour le hand-drill, les tiges des molènes (Verbascum spp.) et des ronces (Rubus spp.) fournissent d’excellentes drilles.

 

feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,  feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Braves paumelles

On n’utilisera de paumelle que pour la technique de l’archet (certaines variantes assez rock’n roll du hand-drill doivent être réalisées avec une paumelle, mais faisons simple…) : cette pièce est destinée à faciliter l’application de la pression sur votre foret, et à contrôler plus aisément l’angle de pénétration de ce dernier dans la planchette.

 

 

Sa taille et sa forme sont variables, le tout étant que la paumelle puisse être saisie avec force sans difficulté, qu’elle tienne bien dans la main, et que le trou en son centre soit suffisamment large et profond pour accueillir le sommet de votre foret.

 

 

Toutes sortes de matériaux ont été utilisés pour fabriquer des paumelles (coquillages, bout de bois, galets creusés au couteau ou au silex, etc.) : j’utilise principalement des morceaux de bois dur (chênes, hêtres, etc.) car c’est le type de matériau le plus facile à trouver et qui ne nécessite quasiment aucun travail. Mais c’est aussi la solution la moins « durable » dans le temps, ce type de paumelles tendant à s’effriter et à se trouer au fur et à mesure des utilisations… (Ouais, j’suis flemmard parfois, et alors ?)

 

  feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Chanson pour le nid

Bon, vous avez bien choisi vos matériaux, vous avez passé des semaines à vous entraîner (dans mon cas, ce fut un mois et demi d’essais avant d’obtenir ma première braise avec un archet) et finalement, Ô miracle de miraclettes, une braise apparaît ! Félicitations (!), mais si vous ne l’abritez pas rapidement, au chaud dans un bon nid, elle finira par s’épuiser ou être dispersée par le vent ! Et peu de choses sont aussi décourageantes que de voir une braise que l’on a amoureusement créée se perdre dans le vent, ou dans un nid mal préparé… (Bon, regarder le journal d’ (dés)informations de TF1 reste pire que tout, je suis d’accord !)

 

Un bon nid est à une braise ce qu’un bon abri est pour nous : un endroit où elle peut rester au chaud, et au sec ! Les matériaux devront donc être sélectionnés avec grand soin : duvet de massette (Typha spp.) ou d’Asteracées fourniront le cœur du nid, la partie qui sera directement au contact de la braise naissante. Autour, on disposera des fibres d’écorce interne séchées (à peu près tous les arbres de nos contrées fournissent des fibres utilisables), des feuilles mortes (bien sèches !) finement broyées, de l’herbe sèche, etc. Enfin, pour faciliter le maniement du nid, on l’entoure généralement de matériaux plus larges, comme des feuilles (par exemple de bardane, Arctium lappa), ou de longues herbes séchées nouées entre elles.

 

Une fois le nid bien préparé, il faut veiller à ne pas faire de mouvements brusques lorsque l’on y transfère la braise. On le recroqueville ensuite sur lui-même en soufflant doucement dessus au départ (pour laisser le temps à la braise de se propager et gagner en force et en température). Je pense que même les fumeurs seront d’accord pour dire qu’il est préférable de tenir le nid au-dessus du niveau du visage (pas trop près pour ne pas vous étouffer, et pas trop loin sinon il faut un souffle d’athlète olympique…).

 

       feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,              feu, friction, foret, drille, paumelle, planchette, hand-drill, bow-drill, archet, technique, vie, peuple, primitif, premier, alternatif, survie, sauvage, plante, comestible, toxique, liberté, autonomie, bois, aventure, coin, découverte, silex, taille, écologie, archéologie, ethnologie, atelier, stage, utilisations, cuisine, ficelle, fibre, corde, abris, hutte, feuille, morte, foyer, pierre, roche, nature, genévrier, calenduline, harmonie, équilibre, pratique, françois, couplan, tom, brown, christophe, monplaisir,

 

Avant de faire feu de tout bois, faites du feu avec UN bois

Pour maîtriser l’art du feu par friction, il n’y a pas de secret : il faut pratiquer régulièrement, et prendre le temps d’analyser les résultats obtenus à chaque tentative. Beaucoup de personnes pensent, lorsqu’elles voient quelqu’un faire du feu par friction et obtenir une braise lors d’un stage ou un festival, que cette personne « sait » faire du feu par friction, et qu’on pourrait donc la larguer au milieu de nulle part, elle arriverait au moins à s’allumer un feu.

 

Hélas, la réalité est plus complexe et plus cruelle que ça : une personne arrivant à obtenir une braise avec un archet sur une planchette de lierre peut échouer sur une planchette en peuplier, même si elle utilise les mêmes autres matériaux. De plus, dans un scénario de « survie en milieux inconnus », il faudrait aussi que cet individu sache fabriquer une corde suffisamment solide pour résister à l’exercice, qu’il sache déterminer la qualité et la dureté de bois (ou de plantes) qu’il n’aurait jamais rencontrés avant dans sa vie, etc.

 

En ce qui concerne le hand-drill, la situation est encore plus précaire, car la sélection des matériaux est bien plus pointue que pour le bow-drill, et les braises créées « à la main » sont plus petites et plus fragiles que celles créées avec un archet. Et une simple coupure sur un doigt ou la paume de la main peut rendre toute pratique impensable…

 

 

Les conditions dans lesquelles un homme pratique le feu par friction ont donc une importance cruciale et influencent les résultats obtenus : les conditions météorologiques, la qualité des matériaux, la condition physique de la personne, l’inclinaison du terrain sur lequel elle pratique, son état de stress, et de multiples autres facteurs sont à prendre en compte et peuvent, collectivement ou individuellement, changer totalement la donne.

Le seul moyen de mettre toutes les chances de son côté est donc de pratiquer tous les jours, d’abord dans des conditions optimales (peu de vent, milieu pas trop humide, avec des instruments parfaitement préparés et dont on connaît bien les caractéristiques), puis petit à petit de se « confronter » à des situations plus délicates.

 

L'article suivant de la série "Feu par friction" porte sur la mise en pratique des techniques de friction : il est disponible en libre accès en cliquant ici

 

A lire également

Le feu par friction pas à pas

Tailler le silex, partie 1

 

A expérimenter

3 jours pour apprendre les bases de l'artisanat paléolithique

 

Le texte et les photos de cet article sont de Christophe Monplaisir (Genévrier), relu par Calenduline.

 

 

En plus de son activité d'auteur, Genévrier organise des stages pratiques sur la cuisine des plantes sauvages, et des animations sur mesure pour découvrir les techniques de vie primitives.